Le choix de la psychanalyse laïque

En ce qui concerne la formation, l’Ecole de Psychanalyse freudienne a toujours été et entend demeurer une association traditionnelle de formation et de recherche à l’intérieur du mouvement psychanalytique international. Dans ce sens, elle est une association psychanalytique laïque, donc essentiellement ni médicale ni psychologique même si elle admet parmi ses membres tant des médecins que des psychologues et ne rentre pas au nombre des associations de formation psychologique ou psychothérapeutique, parce qu’elle ne l’a jamais voulu.

La raison de ce choix de s’exclure de la zone de réglementation de la loi italienne 56/89 concernant l’institution de l’Ordre des Psychologues et la réglementation des psychothérapies, dérive essentiellement du fait que l’Ecole considère la formation psychothérapique demandée par l’Etat comme insuffisante et substantiellement étrangère et limitative en vue d’une préparation psychanalytique adéquate. L’Ecole ne retient pas que ne doivent pas exister des formes de réglementation conformes aux normes que la législation italienne ou européenne prescrit en vue de l’exercice des professions libérales mais considère la loi italienne 56/89 comme conçue, de l’aveu même du législateur*, pour un milieu différent de celui de la psychanalyse et par suite inadaptée à la conservation, dans son intégrité, de l’expérience, de la pratique et de la recherche analytique.

Critères généraux d’admission

L’Ecole admet en formation psychanalytique des individus de toute provenance culturelle après un entretien ou une série d’entretiens visant à vérifier le niveau culturel et moral effectif du candidat ainsi que son équilibre psychique.

Dans le cas où tous ces éléments sont considérés comme acceptables, un parcours d’études ad hoc est décidé avec le candidat, parcours qui tiendra compte notamment de ses nécessités culturelles particulières. Dans le cadre de ces études, il sera suivi par un ou plusieurs membres de l’Ecole. Il sera ensuite inscrit à son tour comme membre et sera tenu à payer uniquement la cotisation annuelle d’inscription, attendue que l’assistance aux études lui sera offerte à titre gratuit. Le candidat sera également tenu à suivre et soutenir toutes les activités entreprises par l’Ecole : cours, groupes d’études, séminaires, colloques et congrès, journées d’étude et à collaborer à ses initiatives éditoriales. Il devra faire au moins une tranche d’analyse avec un analyste de l’Ecole de son choix, de manière à faire l’expérience directe des mécanismes de l’esprit inconscient. Dans le cas où la Commission d’Admission juge que le niveau culturel et moral de base sont acceptables, mais que l’équilibre psychique du candidat n’est pas tel qu’il lui permette à l’avenir un correct exercice de la fonction d’analyste, il sera tenu en revanche à entreprendre une analyse qu’il devra porter à terme.

Par la suite, lorsque le candidat montrera la culture et l’équilibre psychique suffisants en vue du bon exercice du métier d’analyste, il sera encouragé et aidé à l’entreprendre. Ensuite, pendant une période congrue, il sera tenu de discuter périodiquement ses cas cliniques au sein d’un séminaire clinique avec un ou plusieurs collègues afin d’acquérir des moyens techniques et cliniques plus sûrs. Ce service est lui aussi fourni gratuitement par l’Ecole.

Quiconque a achevé une formation psychanalytique ailleurs, ou considère l’avoir fait, s’il veut être inscrit en tant que membre de l’Ecole, devra être examiné par une Commission constituée ad hoc afin d’évaluer son adéquation effective aux standards en vigueur au sein de l’Ecole. Pour que la Commission puisse s’exprimer, sera nécessaire, dans tous les cas, une période d’analyse personnelle, qui pourra se prolonger également après l’acceptation du candidat.

 

Standards de formation

Le standard qualitatif de l’Ecole est très élevé et il est donc bon que le candidat ne se fasse pas d’illusion sur la profondeur et l’engagement demandé. Pour le formation d’un psychanalyste, il faut une préparation culturelle vaste et hétérogène et une formation analytique personnelle, selon les orientations et les indications qui proviennent historiquement du mouvement psychanalytique international et du fondateur de la psychanalyse. Selon Sigmund Freud, en vue de l’exercice de la psychanalyse, un diplôme en médecine n’est nullement requis ni indiqué. La psychanalyse étant une science nouvelle, sui generis, elle a besoin d’un parcours de formation spécifique et nouveau. Parmi les disciplines indiquées par Freud, se trouvent la physiologie, l’histoire des religions, la mythologie comparée, la littérature, la philosophie etc. A celles-ci devraient aujourd’hui s’ajouter la linguistique, la biologie, la méthodologie et l’épistémologie, la psychopathologie, l’anthropologie, l’ethnologie et d’autres encore. Actuellement, les disciplines qu’un psychanalyste devrait étudier ne peuvent être reconduites aux matières étudiées dans les facultés de médecine et de psychologie. Pour pouvoir suivre un parcours adapté à la préparation culturelle et scientifique d’un psychanalyste, serait nécessaire une fréquence inter-faculté, c’est-à-dire la possibilité de suivre les matières et de passer les examens relatifs à des disciplines enseignées dans les facultés de médecine, de lettres et philosophie, de biologie, de sociologie etc.

Tout cela n’existe pas au sein de l’Université italienne alors que la méthodologie en question est pratiquée en ces années par l’Ecole, suppléant par ce biais, à cette carence de l’Université.

Le parcours de formation à la profession de psychologue, comme celui des médecins, et des psychiatres, est différent de celui de la formation d’un psychanalyste.

En outre, la psychanalyse, étant une science sui generis, ne requiert pas une formation de second niveau, par exemple à l’instar d’une spécialisation de psychologie ou de médecine, mais de premier niveau.

Auto réglementation

A la formation des psychanalystes, de la naissance de la psychanalyse à ce jour, ont pourvu des institutions et associations psychanalytiques issues du diversifié mouvement psychanalytique international, qui connaît des orientations théoriques variées, dans le sillon de l’histoire mouvementée de la psychanalyse. A ces critères traditionnels, l’Ecole a inspiré son auto réglementation en matière de formation des psychanalystes.

 

Risposta alla Memoria sulla "psicanalisi laica" 

A fine dicembre 2016 siamo venuti del tutto casualmente a conoscenza di uno scritto intitolato Memoria sulla “psicanalisi laica” a firma dei proff. Nino Dazzi e Vittorio Lingiardi, presente sul sito web dell’Ordine degli Psicologi, redatto su carta intestata del suo Consiglio Nazionale e datato 29 gennaio 2009.
Tale documento è rimasto riservato fino al 3 dicembre 2015, data in cui è stato reso pubblico.
In esso gli autori indirizzano una serie di maldestre critiche alle tesi su cui la Scuola di Psicanalisi Freudiana (SPF) fonda la propria esistenza, la propria collocazione e il proprio operato.
Qui la nostra risposta: Risposta alla Memoria sulla "psicanalisi laica" di Dazzi e Lingiardi.

Leggi tutto

Cerca nel sito

Calendario incontri

Lun Mar Mer Jeu Ven Sam Dim
1
2
3
4
5
6
7
8
9
10
11
12
13
14
15
16
17
18
19
20
21
22
23
24
25
26
27
28
29
30
31

Scuola di psicanalisi freudiana
© Scuola di Psicanalisi Freudiana

Tutti i diritti di Copyright sono riservati - P.IVA 11768050152  -  Privacy policy - Contatti
Le immagini della copertina sono tratte dal volume "Sigmund Freud, Wien IX. Berggasse 19" Thelema Edizioni.

This website uses cookies